Plan de lutte contre les maladies neuro-dégénératives… 


Les premières mesures dévoilées 


Le plan Alzheimer devient le plan de lutte contre les maladies neurodégénératives.
Normalement dévoilé le 30 octobre prochain par Marisol Touraine, il s'installe dans la continuité du plan Alzheimer, instauré entre 2008 et 2012.
Néanmoins, sa présentation est reportée au 18 novembre prochain, "pour des raisons d'agenda" a indiqué la ministre.
La nouveauté du plan: la lutte ne se concentre plus uniquement sur la maladie d'Alzheimer mais aussi sur deux autres maladies neurodégénératives, la maladie de Parkinson et la sclérose en plaque.
Des pathologies qui ont comme point commun d'entraîner la dégénérescence de certaines parties du cerveau, engendrant des handicaps plus ou moins lourds.
Selon Europe 1, qui a eu accès aux documents du ministère de la Santé, ce programme s'organise autour de 96 grandes mesures. Parmi ces mesures figurent notamment l'amélioration du diagnostic et l'aide aux familles des malades.


L'amélioration du diagnostic

Diagnostiquer les maladies neurodégénératives le plus précocement possible est jugé essentiel.
De fait, plus tôt la maladie est dépistée, plus la prise en charge peut-être efficace.

Pour la maladie d'Alzheimer, par exemple, les premiers symptômes apparaissent souvent plusieurs années après le début de la maladie.
Selon la Fondation pour la Recherche sur la Maladie d'Alzheimer (IFRAD), il faut 22 mois en moyenne pour dépister la maladie en France.

L'aide aux familles des malades

Le plan de lutte propose de renforcer l'aide apportée aux familles des patients et notamment aux aidants familiaux.
Des proches de malades qui consacrent une grande partie de leur temps à s'occuper d'un parent.
Selon l'Association Française des Aidants, ils sont plus de 4 millions en France.
Une tâche épuisante et qui peut avoir un fort retentissement sur le plan financier.
La prise en charge d'un malade d'Alzheimer revient en moyenne à 2.000 euros par mois, dont la moitié à charge de la famille, selon France Alzheimer.

Le programme établit par le ministère de la Santé s'étale sur 5 ans et entend améliorer la qualité de vie de toutes les personnes touchées par les maladies neurodégénératives.
En 2013, la France comptait 85 000 personnes atteintes par la sclérose en plaque, 150 000 par la maladie de Parkinson et près de 900 000 par la maladie d'Alzheimer…

La délicate question du financement

Interrogée par Allodocteurs.fr sur le nouveau Plan gouvernemental, Agnès Gorczyka, de l'Association France-Alzheimer, explique "n’avoir jusqu'à présent eu accès qu'à des documents de travail. Onze pour être précis."

"Pour l'heure", poursuit-elle, "il n'y a pas de précision sur le volet financier du Plan, et c'est sur cette question que nous sommes le plus inquiet."

"Concernant le 3ème Plan Alzheimer, seul 41% a effectivement été financé sur les 1,6 milliards prévus", explique Agnès Gorczyka. "Est-ce que le reste du budget va être sanctuarisé, et reporté sur ce nouveau plan ? Nous l'ignorons.
Par ailleurs, travaillera-t-on avec le même budget, ou l'enveloppe sera-t-elle élargie au vu des autres maladies neuro-dégénératives qui fait désormais partie du plan ?
Les documents auxquels nous avons eu accès ne précisent rien sur ces questions. »



 Merci de poursuivre votre lecture sur Allo-docteur.fr 

GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.