Troubles cognitifs légers: un déclin plus rapide chez la femme



Le déclin cognitif est plus rapide chez les femmes présentant des troubles cognitifs légers que chez les hommes.
Ces résultats, présentés le 21 juillet 2015, lors de la Conférence de l'Association internationale d'Alzheimer (AAIC) à Washington, pourraient aider à mieux comprendre pourquoi les femmes sont plus touchées que les hommes par cette maladie.



Durant une période de suivi de huit ans, les femmes ont vu leur état cognitif se détériorer deux fois plus rapidement que les hommes.      
La maladie d’Alzheimer touche davantage les femmes que les hommes. A partir de 71 ans, 16% des femmes aux Etats-Unis sont atteintes de cette maladie, contre 11% chez les hommes.
Une étude présentée le 21 juillet 2015 lors de la Conférence de l'Association internationale d'Alzheimer (AAIC), à Washington, montre que le déclin cognitif est plus rapide chez les femmes présentant des troubles cognitifs légers.
Ces troubles pouvant être les premiers signes de la maladie d’Alzheimer, ces travaux pourraient aider à mieux comprendre pourquoi les femmes en vieillissant sont nettement plus affectées par la maladie.

L'étude a porté sur 398 participants, 141 femmes et 257 hommes pour la plupart septuagénaires, qui souffraient tous de troubles cognitifs légers.
Durant une période de suivi de huit ans, les femmes ont vu leur état cognitif se détériorer deux fois plus rapidement que les hommes, selon des tests standard de mesure de la mémoire et d'autres capacités mentales utilisés pour les essais cliniques, a précisé le Dr Murali Doraiswamy, professeur de psychiatrie au Centre médical universitaire de l'Université Duke en Caroline du Nord, le principal auteur de l'étude.

"Ces résultats suggèrent la possibilité de facteurs de risque génétique ou environnemental spécifiques au sexe des sujets qui pourraient agir sur le rythme de dégradation des capacités cognitives", explique Katherine Amy Lin, une chercheuse à l'Université Duke et un des co-auteurs de l'étude.
Selon les chercheurs, ces différences pourraient résulter de traits biologiques particuliers dans le cerveau.

On sait que les femmes sont plus sujettes à la dépression et plus vulnérables au stress, considérés comme des facteurs de risque de cette maladie, a souligné Kristine Yaffe, de l’Université de Californie à San Francisco. 
Selon cette chercheuse, il pourrait s'agir "d'une interaction complexe entre des facteurs génétiques et hormonaux et la manière dont le cerveau se développe ».



images




Un déclin plus rapide après une anesthésie générale 


Une autre étude présentée lors de cette conférence et menée sur 527 participants, montre que les femmes vieillissantes sont également plus nombreuses que les hommes d'un même âge à subir un déclin cérébral à la suite d'une anesthésie générale.

Les hommes âgés ayant été sous anesthésie générale connaissent tous une diminution de leurs capacités cognitives et du volume de leur cerveau plus rapide que ceux n'ayant jamais subi cette intervention. 

Les femmes d'âges comparables sont non seulement plus nombreuses à en souffrir que les hommes, mais les effets néfastes de l'anesthésie sur leur cerveau sont en outre plus prononcés et accélérés.

Merci de retrouver cet article sur le site Allo-Docteur 


GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.