La Culpabilité de l’Aidant

la-culpabilit-1

Par Muriel Gaillard, Consultante – Formatrice, Diplômée en Éthologie.

Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés au sentiment de culpabilité: se sentir coupable, avoir le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur, ressasser dans tous les sens ce qui s’est passé et vouloir l’impossible, à savoir réécrire l’histoire, ou encore rejouer ce qui a eu lieu… en vain.

Ainsi, les faits passés qui constituent notre histoire de vie nourrissent cette culpabilité avec laquelle il nous faudra cohabiter et composer. La culpabilité est comme un poison toxique qui parasite nos relations avec les autres et nous fait porter le poids de la dévalorisation.

culpabilite-00931-thumb

Agir sur ces conséquences néfastes est une priorité que nous devons avoir envers nous-même ainsi que les personnes qui nous sont proches et qui se retrouvent prisonnières de cet état. Comprendre les mécanismes de cette dévalorisation nuisible permet d’apporter des éléments pour gérer et dépasser la culpabilité.

Les deux principales causes de cette dévalorisation sont la recherche de perfection et la comparaison.

Pour ce qui est du premier point, il s’agit de remplacer la recherche de perfection (qui n’est pas de ce monde) par l’excellence qui signifie dans ce contexte précis «faire de son mieux».

culpabilite

Pour ce qui est de la comparaison, celle-ci peut être substituée par la différence. En effet, rester figer sur ce qui n’est plus procure de la souffrance et de la culpabilité.

La différence intègre que les choses ne sont plus comme avant et crée une ouverture vers la découverte de l’existant modifié, puis son acceptation. Concernant ce point précis, il est important d’être vigilant sur tout ce que l’on nomme «maintien».

Lorsque l’on se remémore les situations et actions passées qui induisent la culpabilité ressentie, il est judicieux de se souvenir et d’identifier quelle était réellement notre intention à ce moment là. Bien souvent, notre véritable et sincère intention était en tout point différente de la situation qui nous met face à l’état dit de souffrance.

6a00e552abf509883401127909ab3928a4-320wi

Pouvoir distinguer l’intention du «résultat» est un élément qui peut apporter un sentiment d’apaisement. Selon les modes de fonctionnements intrafamiliaux et les contextes environnementaux, certaines personnes sont plus exposées à la culpabilité. L’aidant, de part ses obligations et ses contraintes y est très vulnérable.

Par ailleurs, nous devons également reconnaître les situations où les personnes aidées sont culpabilisantes à l’égard de l’aidant. Là encore, entourer et soutenir la dyade «aidant-aidé» permet d’étayer leur relation tout en induisant un espace régulateur et libérateur pour l’un et l’autre. Merci de consulter le précieux site d’où vient ce texte:

http://www.aveclesaidants.fr

GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.