Les aidants bientôt reconnus par la loi 



D'ici 45 ans, un tiers de la population française sera âgée de plus de 60 ans.
Pour anticiper ce vieillissement généralisé des Français, un projet de loi est examiné aujourd'hui à l'Assemblée nationale. 
Son but : soutenir et aider les seniors pris en charge à domicile, mais aussi leurs proches aidants.


Environ quatre millions de Français s'occupent d'un de leur proche âgé.
     
Attendu depuis la canicule de 2003, le projet de loi "vieillissement" devrait entrer en vigueur au début de l'année 2016.
Après avoir été votée successivement en première lecture à l'Assemblée, puis au Sénat en mars dernier, la loi "d'adaptation de la société au vieillissement" repasse aujourd'hui entre les mains des députés.
L'objectif avancé par la majorité est de pouvoir permettre à toutes les personnes âgées d'avoir accès, partout en France, à l'aide à domicile.
La demande est pressante car d'ici 2060, la France comptera, selon l'Insee, 2,5 millions de seniors.

Au total, si la loi est adoptée, l'Etat investira 650 millions dans l'aide aux personnes âgées.
Parmi les nombreuses dispositions débattues, une mesure phare retient l'attention : la reconnaissance des aidants familiaux.
La loi souhaite "soutenir et valoriser les proches aidants", qui sont plus de 4 millions en France à s'occuper d'un aîné.  

Si le projet ne leur confère pas de statut officiel, il leur accorde un "droit au répit", indispensable pour lutter contre l'épuisement.
Cela permettra à toute personne s'occupant d'un de ses proches âgés de se reposer une semaine.
Pendant ce temps, l'Etat financera une semaine d'une aide à domicile extérieure. Une enveloppe de 80 millions d'euros est prévue pour assurer la mise en place de ce droit au répit.

Des investissements financés grâce aux pensions de retraite

Le reste de l'argent participera notamment à l'adaptation de 80.000 logements de seniors, ainsi qu'à la revalorisation de l'Allocation Personnalisée à l'Autonomie (APA).
Les bénéficiaires de l'APA pourront par exemple avoir le droit à une heure en plus d'aide à domicile par jour, pour les plus dépendants, ou à une heure de plus par semaine pour les plus autonomes.

Néanmoins, le texte ne prévoit pas le financement de la dépendance, pourtant annoncé par Nicolas Sarkozy puis par François Hollande…
Par ailleurs, les 650 millions d'euros dégagés par ce projet de loi proviennent en réalité des retraités eux-mêmes.
Ce sont les recettes d'une taxation des pensions instaurée en 2013 (la CASA). Aujourd'hui, 700.000 personnes âgées sont dépendantes et vivent à domicile aidées par leurs proches.


À retrouver sur les sites d’Allo-Docteur & France.TV info & Aidants en mouvement





GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.