Comment communiquer et être en relation?

Si la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées altèrent progressivement les capacités intellectuelles de la personne malade, elles ne l’empêchent pas de ressentir et d’exprimer ses émotions, de chercher de l’affection et d’avoir du plaisir à être en relation.

Un certain nombre de besoin psychologique propre à chacun d’entre nous reste important pour les personnes tout au long de leur maladie.

Le besoin de respect
Nous méritons tous d’être traités avec dignité et respect. Le respect se perçoit souvent dans les petites choses de tous les jours: la façon d’aider une personne à s’habiller ou à aller aux toilettes ou la façon de parler de la personne malade en sa présence avec d’autres.

Le besoin d’affection
La personne malade ne cesse pas d’avoir besoin d’affection et d’amour, toutefois elle ne l’exprimera peut-être pas de la même manière qu’autrefois. Il faudra s’adapter et trouver d’autres moyens que les mots pour exprimer ses sentiments. Le contact de la main, le sourire, parler d’une voix douce occuperont une plus large place.

alzheimer03

Le besoin de sécurité
Avoir une maladie d’Alzheimer, c’est perdre progressivement ses repères et la compréhension du monde qui nous environne. La personne va donc être très sensible à la qualité de l’environnement dans lequel elle se trouve. Plus l’ambiance sera sereine et détendue, plus elle se sentira paisible et en sécurité.

Le besoin de communiquer
La personne malade va voir ses capacités à communiquer altérées du fait des troubles du langage et des troubles de sa mémoire. La meilleure attitude à prendre est de rassurer la personne et de lui «prêter» les mots qui lui manquent sans la mettre en situation d’échec. Quand les mots manquent trop pour comprendre ce que la personne veut dire, il est nécessaire de s’intéresser au message non verbal qu’elle nous envoie: le ton de sa voix, sa mimique, sa gestuelle et son regard puis de renvoyer verbalement à la personne ce que l’on en a compris.

La communication nécessite là patience et imagination.
Voici quelques recommandations utiles:

Retenez son attention
Abordez la personne doucement en vous plaçant face à elle. Touchez lui délicatement la main ou le bras de manière à attirer son attention. Ne commencez pas à lui parler avant qu’elle ne soit prête à vous écouter.

alzheimer02

Regardez-la droit dans les yeux
Si possible, asseyez-vous en face de la personne sans jamais la quitter des yeux. Vous l’aiderez à comprendre ce que vous avez à lui dire.

Parlez doucement et clairement
Utilisez des mots simples et des phrases courtes. Parlez clairement et lentement. Si elle a du mal à entendre, n’élevez pas la voix mais parlez lentement.

Donnez un seul message à la fois
Ayez des conversations simples. Evitez de donner plusieurs informations à la fois. Si vous l’interrogez, simplifiez ses choix. Les questions qui demandent un «oui» ou un «non» sont plus faciles que les questions ouvertes. Par exemple, demandez lui: «Veux-tu de la soupe pour le dîner?», plutôt que: «Qu’est-ce que tu veux pour dîner?».

Répétez les informations importantes
Si la personne ne comprend pas le message la première fois, répétez-le en utilisant les mêmes mots.

Montrez les choses en parlant
Montrez-lui ce que vous voulez dire tout en parlant. Par exemple, si le moment est venu de lui laver les cheveux, montrez-lui le shampoing et la serviette pour lui expliquer.

alzheimer pm-1

Soyez attentif, soyez rassurant
Ses réactions à ce que vous dites vous montrent ce que la personne malade comprend. Faites attention aux expressions de son visage. Lorsque ses réponses ne sont pas adaptées à la situation, essayez de réagir en fonction de son humeur et tenez compte de ses sentiments. Evitez au maximum de laisser paraître votre inquiétude à son propos. Plus vous semblerez apaisé et plus elle sera elle-même rassurée.

Choisissez le meilleur moment
C’est généralement celui où le malade s’exprime spontanément. Le message passe mieux quand la personne a abordé le sujet elle-même. La situation de devoir répondre à des questions est toujours plus difficile et risque de la conduire à une situation d’échec.

Merci de poursuivre la lecture de cet article sur:.

 France Alzheimer.http://stephanelauzonillustration.com/2010/07/alzheimer/

dune-pilat-236184
GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.