Des omégas 3 chez des personnes à risque d’Alzheimer 




Seule condition,  avoir une supplémentation très précoce, ce qui demande par conséquent le développement de tests de dépistage précoces…


Des omégas 3 à longue chaine pour les personnes à risque
Selon les auteurs de cette étude, les personnes porteuses de l’allèle e4 de l’apolipoprotéine (APOE4), qui est un facteur de risque génétique de la maladie d’Alzheimer, ont tout intérêt à recevoir des doses élevées de suppléments en omégas 3 à longue chaîne.
Cet APOE4 est effectivement présent chez 40% des malades Alzheimer (20 % de la population générale).
Or chez les souris porteuses de ce gène, recevoir des doses élevées de DHA dès le plus jeune âge permet d'éviter l'équivalent de la maladie d'Alzheimer.
Cela pourrait expliquer ce que d'autres études ont déjà montré, à savoir que l'autopsie du cerveau de malades d'Alzheimer porteuses de ce gène, mais ayant consommé des produits de la mer une fois par semaine, trouve moins de lésions cérébrales en rapport avec la maladie, que les sujets non consommateurs.
Pour les auteurs, à la lumière de toutes les études déjà parues sur le sujet, la probabilité pour qu'une supplémentation en omégas 3 permette de diminuer le risque de maladie d’Alzheimer chez les porteurs de l’allèle APOE4, est suffisamment élevée pour que la piste soit creusée davantage.

En pratique
En attendant de savoir quelle serait la dose optimale, les personnes à risque (parce qu'un de leurs parents ou les deux sont atteints par exemple) peuvent augmenter leur ration en omégas 3 à longue chaine, en consommant davantage de poissons gras, surtout que pour être efficace, il faut agir avant que les lésions ne soient créées du fait de leur caractère difficilement réversible.
Il ne faut pas avoir peur d'en faire trop ou trop longtemps : des études ont déjà rapporté un effet protecteur d'autant meilleur que la consommation de poisson était d'au moins 500 grammes par semaine, depuis au moins cinq ans (avec une baisse du risque de déclarer la maladie de 47 %).

Source:
JAMA Neurology : «Association of Docosahexaenoic Acid Supplementation With Alzheimer Disease Stage in Apolipoprotein E ε4 Carriers», H? N. Yassine et al., 17/01/17, 
http://jamanetwork.com/journals/jamaneurology/article-abstract/2597293

GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.