Du café contre les bourdonnements d’oreille ? 


Environ 16 millions de Français souffriraient d'acouphènes, c'est-à-dire de sifflements ou de bourdonnements parasites, entendus dans la tête sans être générés par un quelconque son extérieur.
Ils traduisent le plus souvent une perte auditive suite à une agression de l’oreille interne. 

En effet, la principale cause de survenue de ces sons « fantômes » est une exposition à des bruits autour de 100 décibels, d'où l'importance de mieux se protéger contre ce fléau.
A côté de cette mesure incontournable, d'autres petites mesures semblent également utiles comme boire régulièrement trois ou quatre tasses de café par jour…

Un risque d'acouphène diminué de 15 % chez les buveuses de café
Pour parvenir à ces conclusions, des chercheurs de l’université de Western Ontario (Canada) et de Harvard se sont intéressés au suivi de 65.085 femmes faisant partie de la Nurse’s Health Study II, pendant 18 ans.
Agées de 30 à 44 ans, elles ne souffraient pas d'acouphènes à leur entrée dans l'étude.
Elles ont répondu à des questionnaires de santé tous les deux ans et à des questionnaires portant sur leur alimentation tous les quatre ans.
Après 18 ans de suivi, 5.289 cas d'acouphènes ont été notés et ce qui est intéressant, c'est que les chercheurs ont établi une relation inverse entre apports en caféine et survenue des acouphènes.
En effet, les consommatrices de 3 à 4 tasses de café par jour, avaient un risque d'apparition des acouphènes diminué de 15 % par rapport à celles consommant au maximum une tasse par jour.
Cette baisse du risque était même de 21 % pour les plus grosses consommatrices (au moins 4 tasses par jour).
Ce bénéfice n'a pas été retrouvé avec les boissons décaféinées. Même si cette étude d'observation ne suffit pas à prouver formellement le lien de cause à effet, elle suggère que la caféine pourrait avoir un effet protecteur contre les bourdonnements d’oreille, du moins chez les femmes puisqu'aucun homme n'a été inclus dans cette étude !

Une parenthèse en cas de grossesse
D'autres études suggérant un possible effet délétère du café chez les femmes enceintes, pour le cerveau de l'enfant à naître, il est tout de même préférable de lever le pied sur la caféine durant une grossesse et ne pas dépasser une tasse par jour.
En général, cela ne représente pas une grosse frustration : en effet, les goûts changent durant cette période et le petit noir qui était bien aimé, peut soudain devenir écœurant. La nature fait parfois bien les choses !

Source:
The American journal of medicine : «A prospective study of caffeine intake and risk of incident tinnitus», 10/03/14 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24608016.

GE Florence Mayer
Assistante en Gestion du Quotidien
Art-thérapeute

Création du site: 26/12/09.